Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 20:19

Nico est déjà en campagne !

 

robin

Allez un petit coup sur l'insécurité..(depuis le karcher , on s'impatiente ! )

Un petit coup sur la Burqua...un clin d'oeil à l'électorat FN

La France doit être solidaire ,  ( il a oublié Béttencourt  et ses copains du Fouquet's )

Le service minimum a bien fonctionné ( une gréve çà se voit pas !  hihi )

Il est fier de ses réformes ...( qui c'est qui trinque ? )..et il va les poursuivre !

Attention, il va diriger le G20  le grand homme ..( dont sait que c'est juste pour une photo ).

faites moi confiance , je veille sur vous..Moi le président de la solidarité l'identité nationale  !  ..

 

Grand papa a parlé !  ...pour ne rien dire !  

 

Rien sur ses promesses non tenues ! ...

Rien sur les scandales qui ont émoussé son régne ( tu parles )

Et  zéro SDF depuis 2007 !  bravo Sarko

 

tout va bien en France ! ...

 

Vos impots , votre pouvoir d'achat ,  vos nouvelles taxes , retraite à 62 ans ,  les augmentations tout azimut dés demain , tout baigne !

 

J'vous le dis , c'est le meilleur président qu'on ait eu ! ...

 

Ohé ,  il est au Maroc ? .... Quand même ,  j'ai entendu ,  "  nous sommes en 2011 " ... c'est la meilleure !..

 

beh non, on est à la veille de 2011 !  .....

 

Pour les voeux d'un président de la république , qui ne devait plus en faire c'est pas mal ..il doit courir plus vite que son ombre    

 

NOUS SOMMES EN 2011 !  la dernière bourde de l'année ( après tant d'autres )  de l'illustre président au costume trop grand pour lui  !

( vidéo )

 

 

Bon courage à toutes et tous ... plus qu'un an et 5 mois ! 

 

Et bonne année !!   ( çà commence à minuit ) ...hihi !  

 

*Merci à tropicalboy pour l'image

Partager cet article

Repost 0
Published by la république du peuple - dans Humour
commenter cet article

commentaires

Annie 02/01/2011 14:52



ah l'affiche j'ai bien rigolé (j'en rigole encore)



Jean-François Vionnet 01/01/2011 18:24



Bon, je n'ai ni vu ni entendu les voeux de 5 pieds 5 pouces, et j'en suis fort aise. Pas de télé ces derniers jours à part les dessins animés pour les petits enfants qui étaient venus me voir
pour les fêtes. Encore, un peu plus d'un an à subir, je ne sais pas ce qui va se passer, j'espère vraiment une révolution.


Bonne année, bonne santé à toi et à tes proches.



Joel 02/01/2011 11:39



J'écoutais la radio ,  et soudainement, je l'ai entendu parler , j'ail donc allumé la télé , pour voir ses tics 


bonne année à toi aussi, et ta famille .


amitiés



Maurice 01/01/2011 10:03



 


@ naradamuni/Sans, ni+, ni-



Ne poussez pas en souhaitant de bons vœux au patron, etc.


Il est vrai que plus loin vous dites qu'il faut rire, OUF !! j'ai pensé un moment m'être trompé de site.


Je range le fusil et fais une copie de ce beau texte pour le mettre en ligne sur mon blogue, il ne faut pas que cela ne
soit pas plus diffusé.


J'ajouterai à la fin : le plus vite faisable !


 


Merci !


Salut et Fraternité à tous.







Joel 01/01/2011 14:23



Non, non t'es sur le bon site


bonne année !



des pas perdus 01/01/2011 09:23



bonne année à toi, espérons qu'on se débarrasse de sarko



Joel 01/01/2011 14:01



A toi aussi ...pour moi, c'est presque une certitude ..



naradamuni/Sans, ni+, ni- 01/01/2011 00:43



"Ah ! Ah ! C’est le jour de l’an ! La voix claire de l’enfant et la voix cassé du vieillard entonnent la même
ballade : la balade des vœux et souhaits. L’ouvrier à son patron, le débiteur à son créancier, le locataire à son propriétaire disent la ritournelle de la bonne et heureuse année. Le pauvre et la
pauvresse s’en vont par les rues chanter la complainte de la longue vie.


Ah ! Ah ! C’est le jour de l’an ! Il faut que l’on rie ! Il faut que l’on se réjouisse. Que toutes les
figures prennent un air de fête. Que toutes les lèvres laissent échapper les meilleurs souhaits. Que sur toutes les faces se dessine le rictus de la joie.


C’est le jour du mensonge officiel, de l’hypocrisie sociale, de la charité pharisienne. C’est le jour du
vernis et du convenu. Les faces s’illuminent et les maisons s’éclairent ! Et l’estomac est noir et la maison est vide. Tout est apparent, tout est façade, tout est leurre, tout est tromperie ! La
main qui vous accueille est un rictus ou une grimace. Le souhait qui vous reçoit est un blasphème ou une moquerie.


Dans la curée âpre des appétits, c’est l’armistice, c’est la trêve. Dans l’âpre curée des batailles, c’est le
jour de l’an. On entend l’écho qui répète la voix du canon et qui redit le sifflet de l’usine. La mitrailleuse fume encore et encore ; la chaudière laisse échapper la vapeur. L’ambulance regorge
de blessés et l’hôpital refuse des malades. L’obus a ouvert ce ventre et la machine à couper ce bras. Les crimes des mères, les pleurs des enfants font retentir à nos oreilles l’affreuse mélodie
de la douleur, toujours la même.


Le drapeau blanc flotte : c’est l’armistice, c’est la trêve, pour une heure et pour un jour, les mains se
tendent, les faces se sourient, les lèvres bégaient des mot d’amitié : ricanements d’hypocrisie et de mensonges.


Bonne vie à toi, propriétaire ? qui me jettera sur le pavé de la ville sans t’occuper du froid ou de
l’averse…
Bonne vie à toi patron ? qui me diminua ces jours derniers, parce que faiblissait mon corps après la dure
maladie que je contractai à ton service…
Bonne vie, bonne vie à tous ! boulangers, épiciers, débitants qui enserriez ma misère de vos péages honteux
et qui teniez commerce de chacun de mes besoins, de chacun de mes désirs.
Et bonne vie et bonne santé à tous, mâles et femelles, lâchés à travers la civilisation : bonne année à toi,
l’ouvrier honnête ? à toi, maquereau régulier ? à toi, catalogué du mariage ? à toi, inscrit aux livres de police ? à vous tous dont chacun des gestes, chacun des pas est un geste et un pas
contre ma liberté, contre mon individualité ?


Ah ! Ah ! bonne vie et bonne santé ?


Vous voulez des vœux, en voilà : que crève le propriétaire qui détient la place où j’étends mes membres et
qui me vend l’air que je respire ! Que crève le patron qui, de longues heures, fait passer la charrue de ses exigences sur le champ de mon corps.


Que crèvent ces loups âpres à la curée qui prélèvent la dîme sur mon coucher, mon repos, mes besoins,
trompant mon esprit et empoisonnant mon corps !
Que crèvent les catalogués de tous sexes avec qui les désirs humains ne se satisfont que contre promesses,
fidélités, argent ou platitudes !
Que crève l’officier qui commande le meurtre et le soldat qui lui obéit ; que crève le député qui fait la loi
et l’électeur qui fait le député !
Que crève le riche qui s’accapare une si large part du butin social ! mais que crève surtout l’imbécile qui
lui prépare sa pâtée.


Ah ! Ah ! C’est le jour de l’an ! Regardez autour de vous. Vous sentez plus vivant que jamais le mensonge
social. Le plus simple d’entre vous devine partout l’hypocrisie gluante des rapports sociaux. Le faux apparaît à tout pas. Ce jour-là, c’est la répétition de tous les autres jours de l’an. La vie
actuelle n’est faite que de mensonge et de leurre. Les hommes sont en perpétuelle bataille. Les pauvres se baladent du sourire de la concierge au rictus du bistrot et les riches de l’obséquiosité
du laquais aux flatteries de la courtisane. Face glabres et masques de joie. La caresse de la putain a comme équivalent le sourire de la femme mariée. Et la défense du maquereau est pareille à la
protection de l’époux. Truquages et intérêts.


Pour que nous puissions chanter la vie, un jour, en toute vérité, il faut, disons-le bien hautement, laisser
le convenu et faire un âpre souhait : que crève le vieux monde avec son hypocrisie, sa morale, ses préjugés qui empoisonnent l’air et empêchent de respirer. Que les hommes décident tout à coup de
dire ce qu’ils pensent.


Faisons un jour de l’an où l’on ne se fera pas de vœux et de souhaits mensongers, mais où, au contraire, on
videra sa pensée à la face de tous.


Ce jour-là, les hommes comprendront qu’il n’est véritablement pas possible de vivre dans une pareille
atmosphère de luttes et d’antagonismes.


Ils chercheront à vivre d’autre façon. Ils voudront connaître les idées, les choses et les hommes qui les
empêchent de venir à plus de bonheur.


La propriété, la patrie, les dieux, l'honneur courront risque d’être jetés à l’égout avec ceux qui vivent de
ces puanteurs.


Et sera universel ce souhait qui semble si méchant et qui est pourtant rempli de douceur : que crève le vieux
monde !"


Que crève le vieux monde ; Albert Libertad (27 décembre 1906)


 



Joel 01/01/2011 14:22



Tu me surprendras toujours . 


Bonne année à toi et à tes proches



Présentation

  • : La République du peuple
  • La République du peuple
  • : Blog d'un pov'con soixantenaire et soixante-huitard , qui a regardé étonnament ce pays anesthésié par un moulin à vent, et qui ne voit pas le changement arriver !
  • Contact

  • Joel
  • Gaucho de base reconnu , libertaire ,anti-fasciste, anti-capitaliste , anti-raciste, athée , humaniste , anarcho-syndicaliste , anti-lepéniste , autogestionnaire .Pour une vraie vie désaliénée du travail et du système marchand
  • Gaucho de base reconnu , libertaire ,anti-fasciste, anti-capitaliste , anti-raciste, athée , humaniste , anarcho-syndicaliste , anti-lepéniste , autogestionnaire .Pour une vraie vie désaliénée du travail et du système marchand

MEDIAPART.JPG

 

metting-copie-1.JPG

 

 

 

face-book.JPG

Recherche

Là bas où j'y suis

Archives

Affiches 68

681.jpg

68.jpg

 

LE BLUE DU MENTEUR PAR JOEL

 

 

 




 


Boogie 68Ard par joe-maurice

BLOGUE 6.8 

capitalisme.jpg

 

Bienvenue

Compteur de visiteurs en lignes

J'y vais et j'y suis

vachane.JPGdes-pas-perdus.JPGslovar.JPGaliciabx.JPGKamisole.JPGchti.JPGcri-du-peuple.JPGSégolinpanier-de-crabes.JPGlucien.JPGRaleuse.JPGhumeur.JPGWL.JPGUrever.JPGoff-lib.JPGetas-d-anne.JPG

London-Calling--flag.jpg

pensee-L.JPGa-tous-les-vents.JPGsarkozix.JPG

AP.JPG