Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 15:05
Ca se passe en France, loin des grandes métropoles ...

17 NOVEMBRE :

Patrick Poumirou, professeur, témoigne :
« Lundi 17 novembre 2008, 10h. 30, Descente musclée de la gendarmerie dans les classes. Je fais cours quand, tout à coup, sans prévenir, font irruption dans le lieu clos de mon travail 4 gendarmes décidés, accompagnés d’un maître-chien affublé de son animal. Personne ne dit bonjour, personne ne se présente. Sans préambule, le chien est lancé à travers la classe. Les élèves sont extrêmement surpris. Je pose des questions aux intrus, demande comment une telle démarche en ce lieu est possible. On ne me répond pas, j’insiste, on me fait comprendre qu’il vaut mieux que je me taise. Les jeunes sont choqués, l’ambiance est lourde, menaçante, j’ouvre une fenêtre qu’un gendarme, sans rien dire, referme immédiatement, péremptoirement.
Le chien court partout, mord le sac d’un jeune à qui l’on demande de sortir, le chien bave sur les jambes d’un autre terrorisé, sur des casquettes, sur des vêtements. La bête semble détecter un produit suspect dans une poche, et là encore on demande à l’élève de sortir. Je veux intervenir une nouvelle fois, on m’impose le silence. Des sacs sont vidés dans le couloir, on fait ouvrir les portefeuilles, des allusions d’une ironie douteuse fusent.
Ces intrusions auront lieu dans plus de dix classes et dureront plus d’une heure. Une trentaine d’élèves suspects sont envoyés dans une salle pour compléter la fouille. Certains sont obligés de se déchausser et d’enlever leurs chaussettes, l’un d’eux se retrouve en caleçon. Parmi les jeunes, il y a des mineurs.
Dans une classe de BTS, le chien fait voler un sac, l’élève en ressort un ordinateur endommagé, on lui dit en riant qu’il peut toujours porter plainte. Ailleurs (atelier de menuiserie-charpente), on aligne les élèves devant le tableau. Aux dires des jeunes et du prof, le maître-chien lance : « Si vous bougez, il vous bouffe une artère et vous vous retrouvez à l’hosto ».
Il y a des allées et venues incessantes dans les couloirs, une grande agitation, je vois un gendarme en poste devant les classes. J’apprendrais par la suite qu’aucun évènement particulier dans l’établissement ne justifiait d’une telle descente.
La stupeur, l’effroi ont gagné les élèves. On leur dira le lendemain, dans les jours qui suivent qu’ils dramatisent. Ils m’interrogent une fois la troupe partie, je ne sais que dire, je reste sans voix. Aucune explication de la direction pour le moins très complaisante. Je comprends comment des gens ont pu jadis se laisser rafler et conduire à l’abattoir sans réagir : l’effet surprise laisse sans voix, l’effet surprise, indispensable pour mener à bien une action efficace, scie les jambes.
Ensuite, dans la journée, je m’étonne de ne lire l’indignation que sur le visage de quelques collègues. On se sent un peu seul au bout du compte. Certains ont même trouvé l’intervention normale, d’autres souhaitable.
Je me dis qu’en 50 ans (dont 20 comme prof), je n’ai jamais vu ça. Que les choses empirent ces derniers temps, que des territoires jusque là protégés subissent l’assaut d’une idéologie dure.
Ce qui m’a frappé, au-delà de l’aspect légal ou illégal de la démarche, c’est l’attitude des gendarmes : impolis, désagréables, menaçants, ironiques, agressifs, méprisants, sortant d’une classe de BTS froid-climatisation en disant : « Salut les filles ! » Alors que, bien sûr il n’y a que des garçons, les félicitant d’avoir bien « caché leur came et abusé leur chien ». A vrai dire des marlous, de vrais durs n’auraient pas agi autrement. C’est en France, dans une école, en 2008. Je me dis que ces gens-là, les gendarmes, devraient accompagner les gens, les soutenir, qu’ils devraient être des guides lucides et conscients. Au lieu de ça, investis d’un drôle de pouvoir, ils débarquent, on dirait des cow-boys, et terrorisent les jeunes ».

19 NOVEMBRE

« Le 19 novembre dernier, écrit Ouest France, les élèves de 4e et de 3e (donc mineurs) du collège de Marciac dans le Gers se voient promettre une "rencontre" avec des gendarmes sur les risques de la drogue ». Surprise : les gendarmes, accompagnés de chiens renifleurs, pénètrent dans l’école et commence à perquisitionner en bonne et due forme l’établissement. Plusieurs témoignages d’élèves concordent : « Stylos, trousses, chaussettes et sacs sont passés au peigne fin. Sans oublier, toujours selon témoins, quelques réflexions ironiques voire désagréables... » précise toujours Ouest France.

Rue 89  revient aussi sur cette affaire . Une jeune fille de 13 ans , Zoé , y relate les événements avec force et détails. Elle décrit l’irruption dans la casse des forces de l’ordre : « Nous allons faire entrer un chien ! Mettez vos mains sur les tables, restez droit, ne le regardez pas ! Quand il mord, ça pique ! ».

La jeune fille est sommée de sortir dans le couloir.

"C'était à mon tour! La fouilleuse me fit enlever mon sweat sous le regard des deux autres gendarmes… Je décris: Un gendarme à terre disséquait mes stylos, un autre le surveillait, un autre qui regardait la fouilleuse qui me fouillait et le reste de la troupe dehors. Ne trouvant rien dans ma veste, elle me fit enlever mes chaussures et déplier mes ourlets de pantalon. Elle cherche dans mes chaussettes et mes chaussures.

"Le gars qui nous regardait, dit à l'intention de l'autre gendarme: 'On dirait qu'elle n'a pas de hash mais avec sa tête mieux vaut très bien vérifier! On ne sait jamais…'

"Ils ont souri et la fouilleuse chercha de plus belle! Elle cherche dans les replis de mon pantalon, dans les doublures de mon tee-shirt sans bien sûr rien trouver. Elle fouilla alors dans mon soutif et chercha en passant ses mains sur ma culotte! Les gendarmes n'exprimèrent aucune surprise face à ce geste, mais ce ne fut pas mon cas!!!!!!

"Je dis à l'intention de tous: 'C'est bon arrêtez, je n'ai rien!!!!' La fouilleuse s'est arrêtée, j'ai remis mon sweat et mon fouilleur de sac m'a dit: 'Tu peux ranger!'."


Pas de doute, une bien étrange France est en train de montrer le bout de son nez . Notre démocratie est bel et bien de prendre un coup dans l'aile .. Et je vous le dis tout de suite , il n'aurait pas fallu que l'on fasse subir celà à ma gamine quand elle avait  13 ans ! ..ce genre de comportement est inadmissible , trés étrange en effet  quand on relie ces attitudes inqualifiables   avec la volonté de détecter les risques de mauvais comportements ou de délinquance dès le plus jeune âge , au caractére héréditaire selon Docteur Sarko ( entretien avec Onfrey ) , et la prison pour les enfants de 12 ans ! .. Cette France incapable de mener une vraie politique de la jeunesse ,  serait elle en train d'appliquer la loi de la terreur , parmi celle-ci ?.. Oui , il y a franchement de quoi s'inquiéter devant de telles méthodes qui ne présagent rien de bon ! ...Cette gamine a sans aucun doute été traumatisée , de même que les éléves de cette classe de BTS , qui sans nul doute ne garderont pas une bonne image de la gendarmerie ! ... En matière de prévention, ou de pédagogie, il y a certainement mieux ! ...

Depuis le mois de janvier, 25 établissements ont été contrôlés dans le Gers. Et quand on lit les commentaires de Rue 89, sur ces affaires , il semble que celà se passe aussi ailleurs, dans d'autres établissements scolaires  ! ...  Il n'y a pas que les journalistes qui sont victimes de ce genre d'agissements , pour le moins étranges dans une démocratie ! .. Et çà devient franchement inquiétant !  Ne dit-on pas que Le pire ennemi de l’intelligence et de la lucidité,  est la peur ?

Témoignage du pére de Zoé ( vidéo )

La FSU, premier syndicat de la fonction publique d'Etat qualifie cette affaire de "lamentable" et demande que "cesse rapidement la confusion entre prévention et répression". Elle dénonce les "a priori sur la jeunesse, la violence de l'opération, notamment envers les jeunes élèves, le mépris à l'encontre des élèves et des  personnels des établissements scolaires et l'aspect contre-productif de telles  méthodes qui finalement entraînent méfiance ou ressentiment à l'égard de la  gendarmerie ou la police". Un rassemblement est prévu vendredi devant le collège. Frédéric David, initiateur du mouvement, affirme avoir reçu "près de 600 messages de solidarité de personnes et d'associations" après avoir mis en ligne le témoignage écrit de sa fille Zoé, 14 ans. "Je ne souhaite pas de banderole politique, mais je veux dire oui à la  prévention, non à la terrorisation", explique le père.

Partager cet article

Repost 0
Published by la république du peuple - dans Société
commenter cet article

commentaires

Marius 08/12/2008 10:36

Ci-joint le témoignage d’un gendarme, responsable de l’intervention au centre de formation des apprentis d’Auch-Pavie. Voici la version des faits du Major Jeannyck Tribout, commandant de la Brigade territoriale autonome d’Auch.
“Bonjour, avant d’écouter l’intervention de ce professeur sur les ondes de FRANCE INTER, je tiens à préciser les points suivants. Les faits dénoncés sont totalement faux et je vais vous dire pourquoi je suis bien au courant de ces faits.
–Le lundi 17 novembre 2008 de 10 h 30 à 12 h 00 sur la demande du directeur de l’école des métiers de AUCH/PAVIE ( lettre à l’appui) et sur réquisition de madame le Procureur de la République à AUCH, une recherche de produits stupéfiants est organisée dans cet établissement.
18 classes sont prévues (274 étudiants âgés entre 17 et 30 ans ) sont concernés. 14 gendarmes + 2 maîtres de chiens sont en charge de ce contrôle.
Je suis à la tête de ce groupe et responsable de ce contrôle ( c’est pour celà que je connais bien ce dossier ).
Je suis le Major TRIBOUT, Jeannyck, commandant la brigade territoriale autonome de AUCH ( vous voyez, moi je n’ai rien à cacher ).
—-Lorsque nous entrons dans la classe de ce professeur, nous sommes 4 gendarmes et un chien de recherche STUP. Nous avons été précédé du directeur de l’établissement qui rentre le premier et explique le but de la visite.
Lorsque nous rentrons, nous disons bonjour ( nous attendons toujours la réponse du professeur ) . Nous indiquons aux étudiants comment nous allons opérer et leur demandons de ne faire aucun geste brusque, ne pas regarder le chien dans les yeux et de le laisser travailler.
A ce moment là ce professeur ouvre la fenêtre et déclare ” en 50 ans de carrière je n’ai jamais vu çà, nous sommes dans un Etat policier “…..Ce professeur à la cinquantaine !! Nous refermons effectivement la fenêtre.
Pendant toute la durée du contrôle, le professeur tourne le dos à la classe, regarde par la fenêtre, il ne verra rien de cette intervention proprement dite et il n’adressera à aucun moment la parole à qui que ce soit…………même pas pour soit disant défendre ses élèves.
Le chien n’a agressé personne et n’a démoli aucun ordinateur ou vêtement. Il y a eu des fouilles/palpations de personnes qui ont été “marqués” par le chien avec leur accord.
Aucune personne ne s’est retrouvée en caleçon. Lorsque les gendarmes ont quitté la classe l’un d’eux a effectivement dit ” au revoir messieurs dames ” car dans les classes précédentes il y avait des femmes, dans celle-ci il n’y en avait pas, mais il n’a jamais été dit “salut les filles”.
Ce que le professeur oubli de dire, c’est que lorsque nous avons quitté sa classe il a dit aux élèves ” ouvrez vite les fenêtres çà pue “……çà c’est pédagogique !!!!!
—Il faut savoir que lors de ce contrôle 6 étudiants ont été trouvés porteur de STUPS dont un avec 34 grammes et une petite balance électronique sur lui pour la revente. Si ce professeur accepte çà………..l’avenir de nos enfants est bien sombre.
—Il faut savoir également que 1 mois 1/2 auparavant deux gendarmes ( formateur-relais anti Drogue ) sont intervenus dans cet établissement pour faire de la prévention, c’est à dire informer du danger de la drogue sur la santé, sur les conséquences pénales, et ont averti les étudiants qu’il y aurait des contrôles.
—-Ce professeur soixante-huitard sur le retour et défenseur des causes perdues est surtout un ” GROS MENTEUR ” et par contre lui, ne fait pas honneur à sa profession, car je connais bon nombre de professeurs qui ont de vraies valeurs pédagogiques et qui font de la prévention en étroite collaboration avec les gendarmes………..mais lui il retarde d’une ” révolution”.
—Maintenant, vous pouvez écouter ce tissu de mensonges, mais moi Major TRIBOUT, Jeannyck, commandant la BTA AUCH et responsable de cette opération certifie que tous les propos de ce professeur sont mensongers.
Signé Jeannyck TRIBOUT “                                                                                  Entre les propos d'un gendarme et d'un prof gauchiste qui croire ? Je vous laisse deviner

C.D.F 03/12/2008 22:32

Ce gouvernement qui pleure sans cesse sur les conneries qu'ils déclenchent eux-mêmes, ça commence a sentir bon le foutage de gueule.

Merachlor 03/12/2008 21:54

"posez vous plutôt la question au sujet des parents de cette jeune fille(Zoé), de savoir pourquoi le chien a" marqué "devant cette fille…..Ces chiens étant conditionnés pour marquer à des occasions bien précises"Ce chien marque également lorsqu'il repère entre autres une odeur de réglisse ... dixit le patron de la gendarmerie du coin en interview.Nul doute que marius et ses petits amis enquêtent déjà auprès de la population pour savoir si d'importants stocks de réglisse n'auraient pas disparus récemment.Fouille pratiquée par UNE fonctionnaire sur UNE élève, je n’y vois rien de choquant DEVANT SES COLLEGUES MALES.Ton argument, petit marius, est totalement nul. Et je plains tes gosses.

Hadria RIVIERE 03/12/2008 20:54







Bonsoir !

La drôle de te de Zoé : Un perçing sur le nez nous indique son pire,Le chien arrêt devant son sac : dedans son déjeuner = Il y a eu d'autres témoignage de professeurs = adultes responsables qui, pour l'un d'eux a eu droit et, à la fouille et à poser les mains sur son bureau = humilié devant ses élèves = BRAVO !!! Les méthodes !!Quant à la soi-disant affabulation d'adolescents, en mal de sensation = "deux poids de mesure n'est-ce pas et acculé on s'attaque à la crédibilité  et, de la personne et, à son caractère!!Pauvre individu sans argument fiables !!!Hadria RIVIERE

DVDX 03/12/2008 19:08

c'était pour une "bonne insécurité !"  c'est ce que dit le procureur !  décidément on dérive sec dans ce pays ,  Le sécuritaire et la contagion aux qualificatifs a dépassé ses limites !  Ca reléve de la pyschatrie !  Même Darcos, ne comprend pas ce terme !

Marius 03/12/2008 19:03

Francis La Fleur and Cie vous relatez les PROPOS d'une gamine or dans d'aures faits divers vous savez que l'affabulation d'ados pour se rendre interressants à amener des personnes innocentes en prison(affaires d'attouchements ,de viols etc...°En l'occurence pourquoi pas de la part de ZOE?Donc prudence sur les dires.Autres questions ,avez la connaissance d'autres témoignages dans ce Collége d'adultes présents.

Francis 03/12/2008 18:51

Apprend à lire le musclé sans cervelle  Marius : ils ont insisté , alors qu'ils étaient pratiquement sûrs qu'elle n'avait rien, et elle n'avait rien :
"C'était à mon tour! La fouilleuse me fit enlever mon sweat sous le regard des deux autres gendarmes… Je décris: Un gendarme à terre disséquait mes stylos, un autre le surveillait, un autre qui regardait la fouilleuse qui me fouillait et le reste de la troupe dehors. Ne trouvant rien dans ma veste, elle me fit enlever mes chaussures et déplier mes ourlets de pantalon. Elle cherche dans mes chaussettes et mes chaussures.
"Le gars qui nous regardait, dit à l'intention de l'autre gendarme: 'On dirait qu'elle n'a pas de hash mais avec sa tête mieux vaut très bien vérifier! On ne sait jamais…'
Juste une histoire de gueule qui ne revenait pas !  et ceci devant les autres gendarmes .
On se demande vraiment , en effet si tu as des enfants , et si c'est ainsi que tu les éduques , chapeau !

la république du peuple . 03/12/2008 18:43

T'auras beau me raconter tes carabistoules , Marius,  même pour 32 g de cannabis , ces méthodes de terreur  sont inadmissibles ! .. quand au colon, on connait le refrain , il était présent lui ? ...t'as des enfants ? ... Tu tolérerais que l'on fasse à l'un des tiens, ce qu'a subi Zoé? .. une fouille au corps en régle ? .. SUR UNE MINEURE , ... Va donc te faire voir ! ..Com d'hab, tu défends l'indéfendable !  on est encore en démocratie ! ...  levons nous tous devant ces méthodes abjectes ! ..N'aie crainte , Hadria , çà fait un bail que je me le coltine . Ces gens là ne connaissent que la manière forte !  Ils n'ont rien à foutre dans ce pays !

Marius 03/12/2008 18:31

Pour le Collège de Marciac La Fleur,posez vous plutôt la question au sujet des parents de cette jeune fille(Zoé), de savoir pourquoi le chien a" marqué "devant cette fille…..Ces chiens étant conditionnés pour marquer à des occasions bien précises et au lieu que ces parents s'ériges en victime, personnellement j’irais parler avec ma fille pour en connaître un peu plus sur ses fréquentations et ses habitudes lorsqu’il y a des fêtes avec les copains et les copines…Quant à la fouille, bien c’est une fouille, le but étant de trouver de la drogue éventuelle, dont on se doute très bien que nos gentils petits bambins ne la cache pas dans leur simple poche…Pratiquée par UNE fonctionnaire sur UNE élève, je n’y vois rien de choquant, surtout quand, je le rappelle, cette élève a été marqué par un chien spécialisé dans la détection de produits stupéfiants…tout le reste n'est que laxisme.

Hadria RIVIERE 03/12/2008 18:25



Bonsoir !
Je constate que l'individu-l'idéologue favorables aux méthodes répressives et musclée a sévit également chez vous mais sous un autre pseudo - chez moi sur mon blog il s'est fait nommé Pierre et chez vous il se fait nommé Marius en revanche le discours prônant une société fasciste lui, ne change pas !!Je suis de plus plus convaincue que derrière ces pseudos il y a un  gendarme chargé DEGOMMER nos arguments; seulement voilà je l'ai poussé à bout de sa logique et, il n'a su me qualifier  que, "d'esprit rétrécie".

De plus, nous allons le retrouver sur tous les blogs qui dénoncent le méthodes utilisées par les gendarmes lors des fouilles musclées.Lamentable...Sachant que, cette affaire a pu prendre autant d'ampleur que parce que le net, les blog s'en sont saisis.J'ai discuté avec le père de Zoé, le chien s'est renifleur s'est arrêté auprès de certains jeunes parce qu'ils avaient leur déjeuner dans le sac, c'est un chien fin GOURMET; lui-le chien ne sait pas que, les hommes sont des monstres assoiffés de REPRESSION prêt à faire enfermer des gamins de 12 ans au prétexte qu'ils sont impuissant à proposer des solutions globales et efficaces aux problèmes rencontrés par cette jeunesse...Comme nous, en notre  temps nous avons aussi posé des problèmes ...

Heureusement que nos parents, les pouvoirs politiques ne nous ont pas EXPEDIE en prison sinon que serions-nous devenus...Ce gouvernement dont l'étroitesse d'esprit n'a d'égale que, sa profonde imbécilité remet au gout du jour les fumeuses théories maurasiennes, de supériorité d'une minorité qui, doit DOMINER la majorité et si, cette majorité se rebelle alors l'on organise son enfermement et celui de ses enfants.Dans mon blog je pose la question d'une justice de classe dans laquelle s'inscrit les intervention des gendarmes ou policières.Dans les collèges privés alors que la drogue et même dure sévit nous ne voyons JAMAIS aucun gendarme, Les gendarmes ou policiers se rendent-ils dans les collèges publiques - huppés de Paris ?pourtant la drogue y circule... Ce deux poids deux mesures s'inscrit donc dans une autre idéologie, une autre démarche que, celle de lutter efficacement contre la drogues ou les trafiquants0.....Les GROS trafiquants ne sont CERTANEMENT pas dans les collées et lycées..En revanche qu'il y ait des consommateurs OK, mais un consommateur à besoin d'un accompagnent psychologique pas d'une politique de REPRESSION.Et, c'est une personne qui, a plus de 20 Années d'expérience de la Prévention Spécialisée qui, vous l'affirme : la drogue je connais les problèmes qui, en découle aussi et les méthodes utilisées par ces gendarmes et le pouvoir en place ne visent AUCUNEMENT a lutter efficacement contre la drogue mais a organiser la peur et donc la soumission du peuple..En attaquant aux enfants, aux jeunes qui, veulent maîtriser, étouffer dans l'œuf toute rébellion et rébellion sociale il y aura; alors ils -le gouvernement et les néo conservateurs français distillent la peur et, la peur est le meilleur moyen de tenir un peuple sous le joug ...Au plaisir.....Hadria RIVIERE

Marius 03/12/2008 18:13


Concernant l'Ecole des Métiers du gers  Peut-on croire aveuglement les propos d'un Prof teinté "eau de roses"qui ne fait que relater les propos de sa fille ?L'article de la Dépèche vous donne une version bien plus plausible  :                                                                                    "suite aux articles que nous avons consacrés dans notre édition d'hier à l'opération de gendarmerie menée lundi dernier au centre de formation des apprentis de Pavie, le colonel Le Droff, commandant du groupement de gendarmerie du Gers estime dans un communiqué diffusé hier que ses hommes, qui ont agi dans le cadre strict d'une procédure légale et en partenariat avec la direction de l'établissement, n'ont pas failli à leur mission. «Tout au long de ce contrôle, les deux équipes cynophiles et les 14 militaires, répartis en deux équipes, sont constamment accompagnées par le directeur de l'établissement et son adjoint. Ces derniers n'ont rien remarqué de particulièrement choquant dans le comportement des militaires et les ont félicité pour leur professionnalisme» écrit-il, rappelant ensuite le détail d'une procédure qui a été « bien maîtrisée et dans le strict respect de la personne».
«Tout d'abord, explique le colonel, le représentant de l'établissement entre en premier dans la classe. Le maître de chien explique aux élèves la manière dont le contrôle va se dérouler et afin d'éviter tout incident, il précise les consignes de sécurité, qui ont été, pour certains, mal interprétées. Ensuite, le chien parcourt la classe et en cas de marquage, l'élève est invité à sortir avec ses affaires afin d'être fouillé. Il est vrai qu'un sac, dans lequel il y avait un ordinateur, a été marqué par un coup de dent. En cas de marquage du chien, l'élève quitte la classe. Dans le couloir ou une autre salle, les militaires l'invitent à sortir tout ce qu'il a dans ses poches. En aucun cas, il est demandé aux élèves de se déshabiller systématiquement, précise-t-il. Quand le chien marque la personne elle même, une palpation est faite pour s'assurer du contenu des poches, ou tout autre endroit où peut être dissimulé des matières stupéfiantes.» Comme nous l'avons écrit dans notre édition d'hier, le bilan de cette opération a été positif. «Sur les 274 personnes contrôlées, 6 d'entre elles étaient porteurs de produits stupéfiants pour un total d'une quarantaine de grammes de cannabis dont un détenait à lui seul 32 grammes» précise le colonel Le Droff. «Ces opérations sont destinées à protéger nos enfants contre un fléau dont le département du Gers n'est malheureusement pas épargné» écrit-il en conclusion. Mardi, un professeur de français avait estimé «choquante» la manière dont le contrôle avait été conduit dans sa classe par des militaires dont il avait jugé l'attitude «impolie et désagréable». Un avis pas nécessairement partagé partous les témoins de l'opération.

Source:Depeche du Midi

Marius 03/12/2008 18:00

Une observation de bon sens concernant ces deux interventations logiques un CONSTAT                                                                  Les drogues envahissent les collèges et les lycées. Elles sont plus nombreuses, plus variées et plus dangereuses. Ce phénomène s’est amplifié considérablement en quelques années. C’est une évolution qui échappe d’une certaine façon aux parents et aux enseignants. Normal : la consommation et, a fortiori, le trafic de drogue sont illégaux. Tout se fait donc dans la discrétion. Pour les jeunes, impossible de ne pas la voir circuler. Les fumeurs et les revendeurs sont connus de tous. Les invitations à fumer sont permanentes. Entre les adultes et les jeunes, la barrière de la loi, et comme conséquence, une absence de communication sur ce sujet. La drogue circule dans l’indifférence du monde des adultes. Pour les enseignants, certains élèves ne sont pas bien réveillés, un peu lent, en échec scolaire : sans doute un problème de motivation ! Pour les parents, ça ne peut arriver que chez les autres. Mon fils, ma fille, ils ne fument pas, ils ne feraient pas cela. 2/3 des jeunes déclarent avoir déjà fumé. Ces drogues sont de plus en plus violentes. Le cannabis anodin de Mai 68 est devenu une drogue dangereuse en raison du taux élevé en produit actif. La cocaïne fait son entrée dans les lycées, l’ecstasy dans les soirées. Quelques conséquences du cannabis : perte de motivation, troubles de la mémoire, perturbation des fonctions cognitives, fatigues, dépressions. La scolarité est perturbée. Selon l’individu, les effets varient. Dans le pire des cas, c’est la schizophrénie. La roulette russe : certains prennent la balle. Parents et enseignants doivent se mobiliser contre ce fléau qui perturbe la scolarité des jeunes et affecte leur santé. En fermant les yeux trop longtemps, nous pourrions être complices des trafiquants de drogue. La drogue n’a pas sa place dans les établissements scolaires. Les enseignants doivent exclure de leurs cours ceux qui y viennent sous l’influence du cannabis. Les jeunes conscients des ravages que produit la drogue chez leurs pairs doivent désigner ceux qui se livrent à ce trafic, pour le bien de tous et même des revendeurs qui risquent de s’attacher à un milieu qui ne les lâchera plus. Les parents, enfin, doivent prévenir leurs enfants, s’informer sur ce phénomène pour pouvoir en parler avec eux, exiger l’absence de drogues au sein de l’établissement qu’ils fréquentent. Si nous ne faisons rien aujourd’hui, les jeunes seront en droit de nous demander des comptes pour n’avoir pas su les protéger au moment de leur adolescence. L' action  de faire des manifestations est purement criminelle pour l'avenir de ces ados

Présentation

  • : La République du peuple
  • La République du peuple
  • : Blog d'un pov'con soixantenaire et soixante-huitard , qui a regardé étonnament ce pays anesthésié par un moulin à vent, et qui ne voit pas le changement arriver !
  • Contact

  • Joel
  • Gaucho de base reconnu , libertaire ,anti-fasciste, anti-capitaliste , anti-raciste, athée , humaniste , anarcho-syndicaliste , anti-lepéniste , autogestionnaire .Pour une vraie vie désaliénée du travail et du système marchand
  • Gaucho de base reconnu , libertaire ,anti-fasciste, anti-capitaliste , anti-raciste, athée , humaniste , anarcho-syndicaliste , anti-lepéniste , autogestionnaire .Pour une vraie vie désaliénée du travail et du système marchand

MEDIAPART.JPG

 

metting-copie-1.JPG

 

 

 

face-book.JPG

Recherche

Là bas où j'y suis

Archives

Affiches 68

681.jpg

68.jpg

 

LE BLUE DU MENTEUR PAR JOEL

 

 

 




 


Boogie 68Ard par joe-maurice

BLOGUE 6.8 

capitalisme.jpg

 

Bienvenue

Compteur de visiteurs en lignes

J'y vais et j'y suis

vachane.JPGdes-pas-perdus.JPGslovar.JPGaliciabx.JPGKamisole.JPGchti.JPGcri-du-peuple.JPGSégolinpanier-de-crabes.JPGlucien.JPGRaleuse.JPGhumeur.JPGWL.JPGUrever.JPGoff-lib.JPGetas-d-anne.JPG

London-Calling--flag.jpg

pensee-L.JPGa-tous-les-vents.JPGsarkozix.JPG

AP.JPG